Ses photos et ses visuels graphiques ont plus d’une fois fait le tour des réseaux sociaux du monde du football. Il est une référence dans le domaine, et une inspiration pour beaucoup. Entretien avec Arnaud Baumela, Creative Content Manager à la Ligue de Football Professionnel.
Quel regard portez-vous sur l’évolution des contenus de création graphique dans le football, et plus généralement dans le sport ?

C’est une belle évolution. Les créatifs et le monde du football se connectent de plus en plus. Je suis la communication visuelle dans le sport depuis presque 10 ans, le football était très en retard par rapport aux sport US. Aujourd’hui ce retard est globalement rattrapé, instances, clubs et maintenant joueurs y prêtent beaucoup plus attention.

De votre point de vue, quel joueur de football a la communication la plus impactante sur les réseaux sociaux et pourquoi ?

Benzema et Depay : ils ont plusieurs photographes, vidéastes, qui les suivent pour du contenu lifestyle. Et ils produisent du contenu exclusif de highlights de leurs gros matchs sur leurs réseaux.

Et Griezmann pour la direction artistique de tous ses visuels, qui ont une cohérence depuis 2 ans et se démarquent vraiment des autres.

Comment un joueur peut se démarquer par rapport à un autre, via son identité visuelle sur les réseaux sociaux ?

Un joueur peut se démarquer par rapport au ton de ses posts, la qualité de ses photos, et la direction artistique de ses visuels. Beaucoup de joueurs font du copier-coller, c’est dommage. 

Quels sont les critères pour qu’une créa graphique soit réussie ? A quoi reconnaît-on une créa de qualité ?

Chacun a ses critères, personnellement j’ai une préférence pour les visuels qui “respirent”, qui ne sont pas trop chargés avec trop d’informations. L’idée est de trouver une harmonie entre les couleurs, les typographies, le nombre d’infos et la qualité de la photo. 

Comment choisir une bonne photo à publier selon vous ?

Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises photos. Chaque photo a un intérêt mais ne raconte pas forcément la même histoire. Tout est question de cadrage, d’angle, de moment, et de ce qu’on a envie de raconter. Un attaquant privilégiera une photo de sa célébration, à l’inverse un gardien une photo de rage, un défenseur peut communiquer sur un tacle réussi, etc. Par exemple, Saliba lors de son premier Classico a réussi un tacle sur Mbappé qui a fait parler sur les réseaux sociaux, automatiquement le joueur a communiqué sur ça en après-match.

Qu’est ce qui différencie la photographie de sport avec un autre domaine ? Quels sont les ingrédients qu’il faut mettre en plus pour avoir une photo qui se démarque ?

On est très tributaire du match, les sportifs ne posent pas pour nous et nous devons les mettre en valeur.

Il faut toujours réfléchir à son cadrage, sa position, et connaître un minimum les équipes qui vont jouer est un gros plus. Mais le plus important c’est de faire des photos en pensant à ceux qui vont les poster, ceux qui vont les voir. Les photos doivent servir à quelque chose.

Pour se démarquer, en ce qui me concerne ça vient en après-match au post traitement. Une bonne colorimétrie peut sauver une photo ou la rendre exceptionnelle.

Quel serait votre conseil numéro 1 pour un sportif qui souhaite professionnaliser / améliorer son image, notamment sur les réseaux sociaux ?

Entourez-vous de gens compétents et pro, qui ont une expérience dans la gestion d’image, qui ont les codes.

One thought on “On a discuté avec Arnaud Baumela, Creative Content Manager à la Ligue de Football Professionnel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *